Interview de Germain

Germain, auteur-compositeur-interprète vient de réaliser son projet grâce à  My Major Company et avec l’aide de ses contributeurs. Il nous a déjà dévoilé son clip « Les mots » et son album « Saison morte » sortira le 28 octobre.

Germain_presse01hd

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Germain. Il y a quelques années, j’ai monté un groupe qui s’appelait Margot avec lequel j’ai fait beaucoup de scène. Dernièrement, j’ai décidé d’entamer une carrière solo car je voulais composer mes chansons seul.  En effet, au sein du groupe nous écrivions tous ensemble, c’était une très belle expérience. Je suis dans la musique depuis toujours car j’ai commencé la batterie très jeune puis la guitare un peu plus tard. J’ai pris plaisir d’écrire et de composer à l’adolescence.

Comment définissez-vous votre style de musique ?

Je dirais de la chanson française, de la variété. Je ne suis pas dans un style prédéfini mais j’apporte beaucoup d’importance au texte.

Vous vous êtes inscrit sur My Major Company, parlez-moi un peu de cette aventure…

Quand j’ai quitté mon groupe, j’ai dû tout reconstruire et avec ce nouveau projet, c’était ma volonté de créer sans barrières, sans limites. Lorsque j’ai fait mes premières chansons, j’ai trouvé que My Major Company correspondait à mes attentes puisque je pouvais mettre en ligne mes chansons et voir les réactions du public. Finalement, c’est un peu comme sur scène où l’on peut présenter une chanson et voir si ça passe ou pas. C’est donc ce principe d’échange qui m’intéressait.

En combien de temps la jauge de 100 000 € s’est-elle remplie ?

La jauge s’est remplie en un peu moins de deux mois.

Pensiez-vous qu’elle allait se remplir aussi rapidement ?

Sincèrement, je ne pensais vraiment pas qu’elle allait se remplir en si peu de temps.  J’avais des doutes sur la qualité des chansons que je proposais. Par la suite, il y a eu un engouement et j’ai été le premier surpris.

Avez-vous une expérience scénique ?

Avec mon ancien groupe, nous étions tous les quatre à composer ensemble et nous avons fait beaucoup de dates parisiennes mais aussi en France et à l’étranger. Effectivement, nous avons beaucoup défendu l’album sur scène. Aujourd’hui, ça me sert énormément car j’ai une expérience scénique que je n’aurais pas pu avoir sans le groupe. Du coup, je suis plus à l’aise sur scène. Il y a deux options, soit je suis seul donc je fais guitare/voix sur deux ou trois chansons pour faire quelque chose d’intimiste ou soit je m’entoure de mes quatre musiciens.

Avez-vous une préférence entre enregistrer en studio et jouer sur scène ?

Je n’ai pas vraiment de préférence car c’est deux mondes à part. La scène est un univers de fou, c’est un autre monde. Tandis que le studio est plus studieux, pas forcément plus réfléchi car j’aime particulièrement faire de la musique sans trop réfléchir. Il y a trois grandes étapes : pour les compositeurs, la composition et l’écriture. Ensuite, le studio qui est un autre travail et la scène. Les trois sont géniales !

La sortie de votre album Saison morte est prévue pour le 28 octobre. Quand l’avez-vous enregistré ?

Exactement. J’ai enregistré l’album en plusieurs fois puisque je me suis entouré de trois réalisateurs. C’est vrai que je ne voulais pas prendre qu’un seul réalisateur pour la totalité de l’album, je souhaitais qu’il y ait un peu de changement. J’ai donc travaillé avec William Rousseau qui a fait des titres electro-pop, Franck Authié pour les titres acoustiques et enfin Laurent Guéneau pour le côté plus romantique et original. Certaines chansons étaient plus adaptées pour une seule personne ou pour un type de réalisation. Après, j’avais peur effectivement que ce soit un peu « décousu » mais je suis content du résultat, c’est assez homogène.

Pour revenir à votre album, si vous pouviez le décrire en trois mots, lesquels seraient-ils ?

Je ne sais pas si je peux vraiment le décrire mais je peux dire qu’il est vraiment sincère. Quand j’ai composé les musiques et les textes, je n’ai jamais voulu revenir sur le titre. D’ailleurs, j’ai écrit presque d’une traite tous les titres de l’album, je n’ai jamais voulu revenir en arrière pour ne pas casser ce côté fragile et ne pas mentir. Après, même s’il y a des erreurs et que l’harmonie n’est pas parfaite, je définirais mon album comme étant authentique.

Quelles sont vos influences ?

J’aime beaucoup Polnareff, Goldman, Francis Cabrel. Pour les chansons en français, je m’attarde sur les jolis textes avec des images et de belles mélodies.  J’aime aussi le rock comme Placebo, Muse, et la pop anglaise tel que les Beatles.

Parlez-moi un peu de votre single  « Les mots » que vous nous avez dévoilé en août… 

Je voulais faire une chanson sur les mots qui sont un peu « durs », les mots amoureux, les mots qui amènent aux gestes, les mots qui rendent heureux, les mots qui blessent. Autrement dit, les mots en général qui nous servent à communiquer.

995463_572019426173530_12331024_n

D’où vous est venue l’idée du clip ?

J’habite à la campagne, à travers ce clip, je voulais montrer le côté nature que j’aime bien. Au final, je voulais quelques choses de simple et très naturel.

Savez-vous si ce premier extrait de l’album passe en radio ?

Nous sommes en train de mettre ça en place, vous pourrez entendre très bientôt mon titre sur les radios régionales et nationales.

Quel message voulez-vous passer à travers vos chansons ?

J’ai essayé de ne pas « fermer » mes chansons pour que chacun puisse imaginer une fin ou s’aventurer dans le texte. Aussi, le but est que chacun s’approprie  les chansons, chaque histoire peut toucher une personne suivant son expérience. Si ça me procure de l’émotion, j’espère que ça en procurera à mon voisin.

Avez-vous des concerts de prévu et peut être une tournée par la suite ?

J’ai une date le 21 décembre à Paris pour la promotion de l’album. Il y aura une tournée l’année prochaine.

Vous allez sortir votre album, avez-vous déjà un autre projet ?

Oui, j’écris continuellement donc j’espère sortir un deuxième album.

Que pouvons-nous vous souhaiter par la suite ?

Que ça touche un minimum. Je n’attends pas la grosse carrière mais si j’avais un souhait ce serait de continuer à faire de la musique et de créer.

Un dernier mot à dire à vos contributeurs qui ont misé pour cet album et les personnes qui vous suivent ?

C’est une superbe expérience, si c’était à refaire, je recommencerais les yeux fermés. Les producteurs sont d’une grande utilité, c’est un besoin  que j’ai de leur demander des conseils. On s’écrit souvent des messages et il y a des liens qui se créaient. Les échanges sont sincères et ils sont un vrai soutien. MERCI.

Retrouvez l’album Saison morte de Germain dans les bacs le 28 octobre prochain.

Je remercie Germain de m’avoir accordé du temps et pour sa sympathie, ainsi que le label My Major Company pour m’avoir permis de réaliser cette interview. Je lui souhaite une très bonne continuation. 😉

Publié le 19/10/2013

Amandine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s